LE VERDICT DE JYVÄSKYLÄ

download-pdf
download-image
download-all
lun, 31/07/2017 - 08:15
(43 Vues)

Figurant parmi les évènements-phares de la saison, le Rallye de Finlande a tenu toutes ses promesses, avec un spectacle époustouflant au pays des 1000 lacs. À nouveau, Citroën Total Abu Dhabi WRT a placé ses trois C3 WRC à l’arrivée. Cinquièmes, Craig Breen et Scott Martin obtiennent le meilleur résultat de l’équipe, à l’arrivée d’une course principalement dominée par les machines et les pilotes ‘made in Jyväskylä’.



LE FILM DE LA COURSE

Pour la première fois de la saison, c’est une Citroën C3 WRC qui signait le meilleur temps du shakedown. Malgré des essais d’avant-rallye effectués dans des conditions froides et pluvieuses, Kris Meeke se montrait le plus rapide sur le secteur de Ruuhimäki, réputé pour être représentatif de la suite de l’épreuve. Après une spéciale urbaine pour commencer le jeudi soir, le Britannique se mettait encore en évidence le vendredi matin, avec un chrono à un dixième du scratch.

La suite de cette journée-marathon – avec douze spéciales étalées sur quinze heures – était moins positive pour le vainqueur de l’édition 2016. En manque de confiance, il rentrait dans le rang et perdait du temps supplémentaire en tordant sa direction lors d’un choc avec une pierre. En fin de journée, il occupait la neuvième place, à un peu plus d’une minute du leader.

Dans le même temps, Craig Breen gagnait ses galons d’Irlandais Volant. Installé en troisième position dès l’arrivée de l’ES2, il faisait ensuite preuve d’une grande régularité. Malgré des réglages ou des notes parfois perfectibles, il s’ancrait dans le top 5, en compagnie de quatre pilotes finlandais ! En regagnant Jyväskylä à l’issue de cette longue journée, Craig occupait la quatrième place à 33’’ d’Esapekka Lappi.

Samedi, le programme était à peine moins dense que celui de la veille. Le parcours emmenait les concurrents d’Ouninpohja, la célèbre spéciale souvent comparée à des montagnes russes avec ses 75 sauts le plus souvent négociés à fond ! 

Lors de la boucle matinale, les pilotes Citroën étaient surpris par le niveau d’adhérence, bien plus faible que la veille. Dans ces conditions, ils n’étaient pas en mesure de rivaliser avec leurs adversaires au volant de C3 WRC moins efficaces. De plus, Kris Meeke était de nouveau confronté à un problème de direction, conséquence de sa touchette de la veille.

Sur une route balayée, le second passage était plus positif. La meilleure performance était à mettre à l’actif de Kris Meeke, auteur du quatrième temps dans Ouninpohja 2. Dans la dernière spéciale, le Britannique perdait une minute à cause d’une crevaison et de l’explosion du pneu qui arrachait une partie de la carrosserie.

Samedi soir, Craig occupait la cinquième place – à moins d’une demi-minute de la deuxième position – tandis que Kris était huitième à trois minutes.

Dimanche, il ne restait que quatre courtes spéciales à parcourir pour rallier l’arrivée. Les écarts étant marqués, les pilotes Citroën choisissaient d’assurer leurs positions. Pilotée par Khalid Al Qassimi, la troisième Citroën C3 WRC rejoignait le podium final en seizième position. 

 

QUESTIONS À YVES MATTON, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Quel bilan tirez-vous à l’arrivée de ce Rallye de Finlande ?

« Nous avons montré que la Citroën C3 WRC continue à évoluer dans la bonne direction. Kris Meeke a fait de bons chronos, notamment en début de rallye avec le meilleur temps du shakedown, puis le deuxième de l’ES2… Ensuite, il n’a pas vraiment réussi à rentrer dans le rythme des premiers et nous savons qu’ici, ce genre de situation se traduit par un décrochage au classement. Ensuite, c’est un peu une spirale infernale : la voiture ne travaille plus comme il faudrait et c’est difficile de revenir. Il est ainsi resté tout au long du week-end derrière Craig Breen, qui a réalisé une très belle course. Pour la cinquième fois de la saison, il termine cinquième. Surtout, il a été pendant la majeure partie du week-end le premier ‘non-Finlandais’. Nous avons vu ce week-end que les pilotes du cru dominaient leur sujet. Les données collectées tout au long de ces trois jours de course nous ont permis de confirmer les domaines dans lesquels nous devons continuer à porter nos efforts. Nous savons que la voiture est plus ou moins à l’aise en fonction des surfaces et des conditions. La fenêtre d’exploitation de la C3 WRC est de plus en plus large, mais nous avons encore du travail devant nous. »

Pouvez-vous maintenant nous dire si le remaniement des équipages en Pologne était une bonne chose ?

« Ce week-end, Kris a eu la bonne approche : lorsqu’il a réalisé qu’il ne serait pas en mesure de jouer la victoire, il a su l’accepter et gérer son rythme pour parcourir l’intégralité des kilomètres et signer de bons chronos lorsque les conditions étaient favorables. L’expérience acquise ce week-end est aussi précieuse pour lui que pour nos ingénieurs. D’une certaine façon, nous sommes revenus aux fondamentaux. »

Dans trois semaines, le WRC va retrouver l’asphalte en Allemagne. Pouvez-vous déjà nous dire ce que vous attendez de cette dixième manche ? 

« Avec onze victoires de Citroën depuis 2002, l’ADAC Rallye Deutschland est véritablement notre épreuve fétiche. Au Tour de Corse, nous avions dominé le début de course avant que Kris ne rencontre un problème mécanique. Nous aurons donc une envie de revanche, mais notre approche restera raisonnée. Les routes corses et allemandes n’ont pas grand-chose en commun et nous savons que nos adversaires ont beaucoup travaillé ces derniers mois. Comme convenu, Kris Meeke, Craig Breen et Andreas Mikkelsen seront au volant des C3 WRC engagées à cette occasion. »

Avant cela, Sébastien Loeb prendra le volant de la C3 WRC lors d’une journée d’essais. Que représente cette opération ?

« C’est une idée que j’avais en tête depuis quelques temps et qui a été rendue possible par la création de l’entité PSA Motorsport. Il y a un désir et un intérêt communs à réaliser cet essai. En ce qui nous concerne, cela nous permettra de bénéficier du retour d’expérience du plus grand rallyman de tous les temps. Quant à Seb, il pourra attiser sa curiosité et piloter la dernière génération de World Rally Car. »

Scroll