KRIS MEEKE CONTRÔLE LE RALLYE D’ESPAGNE

download-pdf
download-image
download-all
sam, 07/10/2017 - 20:00
(283 Vues)

Sur l’asphalte catalan, Kris Meeke et Paul Nagle ont exploité les qualités de leur Citroën C3 WRC pour prendre la tête de la course. À l’issue de la deuxième étape, l’équipage Citroën Total Abu Dhabi WRT compte 13’’ d’avance sur ses plus proches poursuivants. Stéphane Lefebvre et Gabin Moreau figurent quant à eux en 8e position du classement général.



  • Après une courte nuit pour les mécaniciens, les Citroën C3 WRC sortaient du parc fermé en configuration asphalte. L’étape du jour était constituée de deux boucles, empruntant les spéciales de El Montmell, El Pont d’Armentera et Savallà. En fin d’après-midi, le programme était agrémenté d’un passage par la super-spéciale de Salou.
  • Chaussé de pneus Michelin Pilot Sport à gomme dure, Kris Meeke passait à l’attaque dès la première spéciale. Malgré une averse localisée sur quelques centaines de mètres, le Britannique signait le scratch et s’emparait ainsi de la tête, quelques secondes devant Ogier, Mikkelsen, Sordo, Tanak et Neuville.
  • À nouveau plus rapide que ses adversaires directs dans l’ES8, le pilote de la C3 WRC n°7 portait l’écart au-delà des quinze secondes. Il pouvait déjà se permettre d’assurer dans les portions les plus piégeuses de la dernière spéciale de la matinée.
  • Se sentant également très à l’aise au volant de sa C3 WRC, Stéphane Lefebvre ne parvenait toutefois pas à se lâcher dans les portions les plus rapides. Passé par Lappi, il occupait la dixième position à mi-journée, mais se montrait optimiste pour le second passage.
  • Jouant placé à quelques dixièmes du meilleur temps de chaque spéciale, Kris Meeke contrôlait la course pendant que le groupe de chasse s’étiolait. À l’issue de l’ES12, le vainqueur du Rallye du Mexique possédait encore 14’’ d’avance sur Ogier et Tänak. 
  • Malgré une perte d’efficacité de ses freins dans l’ES11, Stéphane Lefebvre passait au travers des pièges. Il progressait jusqu’à la huitième place, tout en ayant à nouveau réduit l’écart relatif avec les pilotes d’expérience. 
  • Ouvrant la route tout au long de cette seconde étape, Khalid Al Qassimi prenait lui aussi beaucoup de plaisir au volant de la Citroën C3 WRC, qu’il pilotait pour la première fois en configuration asphalte. Le pilote d’Abu Dhabi terminait l’étape au 18e rang. 
  • Parachevant sa journée parfaite dans les rues de Salou, Kris Meeke regagnait le parc d’assistance avec 13’’ d’avance sur Sébastien Ogier. Demain, la troisième et dernière étape se disputera sur six spéciales totalisant 74 km. Le départ de la Power Stage, télévisée en direct, sera donné à 12h18.

ILS ONT DIT    

Yves Matton, Directeur de Citroën Racing : « Après une bonne entame hier sur la terre, Kris Meeke a démontré les qualités de la Citroën C3 WRC sur l’asphalte. Il a su attaquer lorsque c’était nécessaire, puis gérer la petite avance qu’il s’était ménagé. C’est exactement la course que nous attendions de sa part. La victoire est maintenant à sa portée, mais il faudra pour cela venir à bout des six dernières spéciales. Il sait, comme nous tous, qu’il faut rester concentré jusqu’au dernière mètre ! Le scénario de la journée de Stéphane Lefebvre a été similaire à celui d’hier, avec un premier passage pour apprendre et un second pour confirmer les acquis et démontrer les progrès. Il devra rester à l’affût de la moindre opportunité de gagner des positions supplémentaires. »

Kris Meeke : « Cette journée n’aurait pas pu être meilleure. Nous connaissions le potentiel de la C3 WRC sur asphalte depuis la Corse et l’Allemagne, mais j’étais tout de même sur mes gardes car nous n’avions pas fait d’essais sur cette surface pour préparer ce rallye. La première spéciale s’annonçait compliquée avec la pluie, mais tout s’est bien passé. Le reste de la journée a été à cette image, même si c’était très serré avec les autres pilotes. Je suis très heureux d’être en tête et je veux évidemment convertir cette première place en victoire demain. Avant cela, il reste six spéciales à disputer, dont la première de nuit. Chaque chose en son temps ! »

Stéphane Lefebvre : « Le passage de la terre à l’asphalte d’un jour à l’autre n’a rien d’évident, d’autant que c’est la première fois que je vivais cette situation. J’ai le sentiment d’avoir progressé tout au long de cette journée, sans faire d’erreur. Le comportement de la C3 WRC a contribué à me donner confiance. Dans l’ES10, par exemple, j’ai attaqué et mon chrono se situe à 2/10e au kilomètre du pilote le plus rapide. Je vais pouvoir capitaliser sur cette expérience pour finir sur une note positive demain. » 

Khalid Al Qassimi : « Il s’agissait de mes débuts en compétition avec la C3 WRC sur asphalte. Et je n’avais plus piloté sur cette surface depuis un an ! Je suis satisfait de cette journée, j’avais de bonnes sensations au volant. J’ai toutefois choisi d’assurer lors du second passage, car les routes étaient très sales. J’ai préféré conduire au milieu des traces. » 

 

CLASSEMENT 

1. Meeke / Nagle (Citroën C3 WRC) 2h16’21’’1
2. Ogier / Ingrassia (Ford Fiesta WRC) +13’’0
3. Tanak / Jarveoja (Ford Fiesta WRC) +14’’5
4. Hanninen / Lindstrom (Toyota Yaris WRC) +34’’0
5. Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) +53’’2
6. Lappi / Ferm (Toyota Yaris WRC) +1’22’’1
7. Ostberg / Eriksen (Ford Fiesta WRC) +1’39’’8
8. Lefebvre / Moreau (Citroën C3 WRC) +2’00’’7
9. Evans / Barritt (Ford Fiesta WRC) +3’15’’1
10. Camilli / Veillas (Ford Fiesta R5) +5’40’’8
… 18. Al Qassimi / Patterson (Citroën C3 WRC) +12’01’’5

 
Scroll