SPORTS D’HIVER POUR LES CITROËN C3 WRC !

download-pdf
download-image
download-all
lun, 06/02/2017 - 11:30
(249 Vues)

Pour la deuxième manche de la saison, les concurrents du Championnat du Monde FIA des Rallyes vont affronter la seule épreuve 100% hivernale. Sur les routes glacées du Rallye de Suède, Kris Meeke / Paul Nagle et Craig Breen / Scott Martin seront chargés de faire glisser les Citroën C3 WRC !



RALLYE DE SUÈDE : LA GLISSE SINON RIEN

 

Présent au calendrier du Championnat du Monde dès sa création en 1973, le Rallye de Suède figure parmi les manches incontournables de la saison. Même quand le mercure frôle la barre des -30°C – ce qui ne devrait toutefois pas être le cas cette année – les spectateurs sont toujours nombreux au bord des routes pour voir passer les équilibristes du volant. Lancées en dérive à pleine vitesse, les WRC frôlant les murs de neige constituent un spectacle inoubliable ! De l’aveu des pilotes, le grip procuré par les pneus cloutés procure des sensations tout aussi uniques…

L’édition 2017 comporte de nombreuses nouveautés, avec un parc d’assistance désormais implanté à l’aéroport de Torsby. Cette configuration a permis de renouveler plus de la moitié du parcours et les concurrents découvriront des portions inédites. Après la traditionnelle super spéciale – jeudi soir sur l’hippodrome de Karlstad – l’itinéraire visitera la Norvège lors de l’étape du vendredi. La spéciale de Röjden sera la seule de la saison à se dérouler à cheval sur deux pays ! Samedi, le temps fort sera évidemment Vargåsen et son concours de saut en longueur à Colin’s Crest. Le rallye s’achèvera dimanche midi, à l’issue de la Power Stage de Torsby.

 

LES ENJEUX : POURSUIVRE LA MARCHE EN AVANT

 

Émaillé par de nombreux rebondissements, le Rallye Monte-Carlo a notamment confirmé l’homogénéité du plateau 2017 et le caractère très spectaculaire de la nouvelle génération de World Rally Cars. Pour Citroën Total Abu Dhabi WRT, ce premier rendez-vous n’a cependant pas été à la hauteur des ambitions affichées. Deux petites semaines ont permis d’analyser les raisons de ce résultat et d’affiner la préparation pour la Suède.

Après avoir effectué une première séance d’essais début janvier, l’équipe poursuivra – comme prévu – la mise au point de la Citroën C3 WRC, ce week-end sur un terrain aussi proche que possible de celui du rallye.

À nouveau, deux voitures nominées pour le Championnat du Monde des Constructeurs sont engagées sur cette manche. Aux côtés de Kris Meeke et Paul Nagle, le duo constitué de Craig Breen et Scott Martin effectuera ses débuts en compétition sur la C3. Stéphane Lefebvre / Gabin Moreau évolueront quant à eux sur une voiture de la génération précédente.

Après s’être hissé au niveau des meilleurs l’an passé, Kris Meeke prendra le départ avec la victoire pour objectif. Huitième de l’édition 2016, lors de son tout premier rallye avec une WRC de Citroën Racing, Craig Breen visera lui aussi un très bon résultat sur un de ses terrains préférés.

 

ILS ONT DIT

 

YVES MATTON, DIRECTEUR DE CITROËN RACING : « Dès notre retour de Monaco, l’équipe s’est remise au travail avec sérénité et détermination. L’analyse du Rallye Monte-Carlo a démontré que notre contre-performance était liée à une accumulation de faits isolés et le plus souvent imprévisibles, plutôt qu’à un problème majeur. De ce point de vue, c’est plutôt rassurant et nous restons confiants dans notre potentiel. En Suède, nous espérons évidemment un meilleur résultat. À nouveau, Kris Meeke aura la victoire pour objectif, tandis que Craig Breen devra apprendre et progresser pour son premier rallye avec la C3 WRC. Nous n’aurons toujours que deux voitures nominées, mais nous espérons réduire l’écart au Championnat du Monde des Constructeurs. »

 

LAURENT FREGOSI, DIRECTEUR TECHNIQUE : « Au fil des années, nous avons appris à maitriser les spécificités de ce rallye. Les réglages sont dérivés de ceux que nous utilisons sur la terre et nous avons constaté en essais que la C3 WRC réagit bien avec nos solutions habituelles. Si les conditions se dégradent avec moins de neige et de glace, il faut être en mesure d’adapter le setup, avec des suspensions adaptées aux rails qui se creusent dans la trajectoire. Dans ces conditions, les clous des pneumatiques ont tendance à casser et il faut également limiter ce phénomène en jouant sur certains paramètres. Au fil des kilomètres, la neige s’accumule sur la voiture et le poids ainsi embarqué nuit à la performance. Nous en avons tenu compte en dessinant la carrosserie, mais ce phénomène reste inéluctable. »

 

KRIS MEEKE : « Après un Monte-Carlo décevant, pour moi comme pour l’équipe, il est difficile d’être totalement confiant à la veille du Rallye de Suède. Nous avons tiré les leçons de cette première manche et nous serons plus forts lors des prochaines échéances de cette longue saison. Je suis heureux de retrouver un de mes rallyes favoris. En théorie, je me présente au départ avec la victoire pour objectif, mais nous savons que le niveau de performance des uns et des autres dépendra beaucoup des conditions météo. S’il neigeait avant le rallye, ma position de départ pour la première étape serait idéale. En revanche, une vague de redoux faisant fondre la glace réduirait mes chances. Nous ferons de notre mieux. »

Nombre de participations à l’épreuve : 3
Meilleur résultat : 7e (2015)

 

CRAIG BREEN : « Je suis très excité à l’idée de faire mes débuts en compétition avec la Citroën C3 WRC ! Ce sera sans doute un des plus beaux moments de ma vie. C’est un rallye qui me rappelle des bons souvenirs, à commencer par l’édition 2016 qui constituait mon premier rallye avec une Citroën. En outre, je trouve que ce terrain pardonne un peu plus les petites erreurs, en tous cas lorsque la route est bordée de murs de neige bien compacts ! Je me sens en confiance dans cet environnement, dans la voiture et avec l’équipe. Et même si nous ne savons pas trop à quoi nous attendre, je suis prêt à relever le défi. »

Nombre de participations à l’épreuve : 4
Meilleur résultat : 8e (2016)

 

STÉPHANE LEFEBVRE : « Le Rallye de Suède est sans doute celui où j’ai le plus à apprendre, puisque je ne compte qu’une participation, il y a deux ans sur la DS 3 R5. Dans ce contexte, je ne serai pas frustré d’être au volant d’une ancienne voiture. Sans pression, je pourrai progresser à mon rythme et j’aurai pour objectif de rebondir après un Monte-Carlo difficile. J’ai du mal à me projeter et à me fixer un objectif précis, mais nous saisirons la moindre opportunité de marquer des points. »

Nombre de participations à l’épreuve : 1 

 

CHIFFRES-CLÉS

 

  • 18 spéciales totalisant 331,74 km chronométrés
  • 57,8 % des spéciales sont nouvelles par rapport à l’édition 2016
  • 45 mètres pour le record du plus long saut à Colin’s Crest, établi par Eyvind Brynildsen en 2016
  • 384 clous par pneumatique Michelin X-Ice North 3. Leur implantation prend 45 minutes par enveloppe.
  • 113,44 km/h de moyenne pour le vainqueur du Rallye de Suède 2016. Moins bien que les 114,84 km/h de la Citroën Xsara WRC de Sébastien Loeb en 2004 !

 

FLASH-BACK : RALLYE DE SUÈDE 2004

 

Jusqu’en 2004, le Rallye de Suède restait la chasse gardée des pilotes d’Europe du Nord. Suédois et Finlandais se partageaient les victoires, avec un record de sept succès pour le grand Stig Blomqvist. Mais cette année-là, Sébastien Loeb et Daniel Elena réalisaient une de leurs plus grandes performances à bord de leur Xsara WRC. Ils poussaient à bout Marcus Grönholm, qui devait se contenter de la deuxième place. Cette victoire reste à ce jour la seule de Citroën en Suède.

 

LA QUESTION TOTAL : L’ESSENCE DU COMMERCE
EST-ELLE DIFFÉRENTE EN ÉTÉ ET EN HIVER ?

 

En fonction des saisons, certaines caractéristiques évoluent en effet pour s’adapter aux différences de température. En période hivernale, l’essence doit être plus volatile, c’est-à-dire plus inflammable. En revanche, l’incorporation de bases légères est limitée en été, pour éviter les émissions polluantes liées à l’évaporation ainsi que la formation de tampons de vapeur perturbant le démarrage du moteur.

 

VISIT ABU DHABI : FORT D’AL JAHILI

 

Erigé en 1891 pour défendre la ville d’Al Aïn et protéger les palmeraies, le Fort d’Al Jahili est une construction chargée d’histoire. Il se situe au milieu de jardins paysagers où les visiteurs sont invités à se promener en toute quiétude. Le bâtiment situé au bord de l’oasis abrite une exposition permanente des œuvres de l’aventurier britannique Sir Wilfried Thesiger.

 

PROGRAMME RALLY SWEDEN

 

JEUDI 9 FÉVRIER
08h00 : shakedown (Skalla)
20h04 : Départ jour 1 (Karlstad)
20h08 : ES1 – Karlstad 1 (1,90 km)
21h54 : Arrivée jour 1 (Torsby)

 

VENDREDI 10 FÉVRIER
06h50 : Départ jour 2 et assistance A (Torsby – 15’)
07h59 : ES2 – Röjden 1 (18,47 km)
09h06 : ES3 – Hof-Finnskog 1 (21,26 km)
10h20 : ES4 – Svullrya 1 (24,88 km)
11h56 : Assistance B (Torsby – 30’)
13h20 : ES5 – Röjden 2 (18,47 km)
14h27 : ES6 – Hof-Finnskog 2 (21,26 km)
15h51 : ES7 – Svullrya 2 (24,88 km)
17h15 : ES8 – Torsby 1 (16,43 km)
17h55 : Assistance C (Torsby – Flexi 45’)

 

SAMEDI 11 FÉVRIER
06h54 : Départ jour 3 et assistance D (Torsby – 15’)
08h08 : ES9 – Knon 1 (31,60 km)
09h17 : ES10 – Hagfors 1 (15,87 km)
10h08 : ES11 – Vargåsen 1 (14,27 km)
11h29 : Assistance E (Torsby – 30’)
12h58 : ES12 – Knon 2 (31,60 km)
14h17 : ES13 – Hagfors 2 (15,87 km)
15h08 : ES14 – Vargåsen 2 (14,27 km)
17h45 : ES15 – Karlstad 2 (1,90 km)
19h41 : Assistance F (Torsby – Flexi 45’)

 

DIMANCHE 12 FÉVRIER
06h35 : Départ jour 4 et assistance G (Torsby – 15’)
07h55 : ES16 – Likenäs 1 (21,19 km)
09h58 : ES17– Likenäs 2 (21,19 km)
12h18 : ES18 – Torsby 2 (16,43 km)
13h00 : Podium (Torsby)

Scroll